HORS CLASSE DES AGRÉGÉS

vendredi 6 juillet 2018
par  Sébastien LECOURTIER

CAPN d’accès à la

HORS CLASSE DES AGRÉGÉS

4 et 5 juillet 2018

POUR CONNAITRE VOTRE RESULTAT : gesper@snalc.fr

Déclaration liminaire du SNALC

De CAPA en CAPA, de CAPN en CAPN, les élus paritaires du SNALC dénoncent les effets de la mise en œuvre du PPCR, ses conséquences insupportables pour les professeurs, le ressentiment et la colère qu’elle suscite. L’application du PPCR à la hors classe des agrégés confirme ce constat accablant. Le SNALC qui est le seul syndicat à avoir voté contre le PPCR, et dans sa totalité, montre par cette décision courageuse, qu’il est le seul syndicat à défendre réellement tous les personnels de l’éducation nationale et leur carrière.

Les élus académiques ont fait remonter aux élus nationaux du SNALC les injustices qu’ils ont dénoncées et combattues en CAPA hors classe agrégés et le mécontentement des collègues qui se sont trouvés lésés et en sont les victimes.

On peut citer :

Avis TRES SATISFAISANT des chefs d’établissement et des IA IPR : ratio trop étroit (20% du nombre total des avis), modalités d’application parfois subjectives, variables et erratiques. En effet, certains évaluateurs n’ont eu recours à aucun avis TRES SATISFAISANT, d’autres l’ont attribué uniquement aux collègues les plus avancés dans la carrière quand la note de service stipule explicitement que les avis doivent être répartis de manière équilibrée entre les différents échelons de la plage d’appel.

Les IA IPR, pour certaines disciplines, ont utilisé tout leur quota d’avis TRES SATISFAISANT, d’autres non, d’autres l’ont même dépassé, ce qui a entraîné des inégalités qui n’ont pu être qu’en partie corrigées. En effet, il n’y a pas de raison que davantage de professeurs aient une plus grande valeur professionnelle dans une discipline plutôt que dans d’autres, et bénéficient alors de conditions privilégiées pour obtenir ce sésame qu’est l’appréciation EXCELLENT du Recteur. Ajoutons que les collègues peu inspectés au cours de leur carrière ou peu connus des inspecteurs n’ont pourtant bénéficié d’aucune attention particulière de ces derniers.

Appréciation EXCELLENT (ou TRES SATISFAISANT) du recteur : par confusion avec le système de promotion à la hors classe antérieur, beaucoup de service rectoraux ont d’abord appliqué les appréciations EXCELLENT et TRES SATISFAISANT de préférence aux échelons les plus élevés. La vigilance et la détermination des élus du SNALC en CAPA a permis une répartition plus équilibrée entre les échelons, conformément à l’esprit de la note de service.

Opacité de l’appréciation du recteur : ses modalités d’attribution n’ont pas toujours paru limpides aux commissaires paritaires académiques, même si la note de service en précise d’une manière générale les fondements (notation, avis des CE et IPR), et même si une note d’information de la DGRH transmise aux organisations syndicales tardivement (voire après la tenue de certaines CAPA de hors classe agrégés) comporte une « table de décision », autrement appelée « aide à la décision du recteur »).

Un certain nombre de collègues bénéficiant dans le système antérieur d’une appréciation EXCEPTIONNEL ou REMARQUABLE n’ont pas forcément obtenu une appréciation équivalente dans le nouveau système (EXCELLENT ou TRES SATISFAISANT), en dépit de la vigilance et des tentatives des commissaires paritaires académiques. Cette dégradation d’avis est vécue comme une injustice.

Le SNALC dénonce l’inégalité de traitement entre les professeurs des académies métropolitaines et ceux en poste à l’Etranger, dans les Outre Mers, ou exerçant à la 29ème base, qui bénéficient moins régulièrement d’inspections.

Le SNALC exige que toutes les oppositions à la hors classe exprimées par les recteurs en CAPA soient réexaminées dans cette CAPN, comme le préconise la note de service.

L’injustice la plus criante et la plus révoltante réside cependant dans le fait que l’appréciation rectorale portée cette année demeure conservée pour les campagnes de promotion ultérieures, tant que le collègue n’est pas promu.

Les collègues supportent très mal cette condition draconienne qui préempte leur promotion à venir. Les agrégés qui n’ont ni EXCELLENT ni TRES SATISFAISANT, et donc non promus, se verront fatalement rattrapés et dépassés l’an prochain par de nouveaux collègues en raison de l’appréciation EXCELLENT et TRES SATISFAISANT que ces derniers auront reçue cette année et conservée pour la suite.

Le SNALC récuse et condamne la philosophie de cette hors-classe qui déconnecte l’évaluation professionnelle de l’avancement et conduit à ce système pervers dans lequel les professeurs se retrouvent piégés : l’appréciation couperet qui leur est donnée une fois pour toutes ne peut plus être revue ni progresser, quelles qu’aient été leurs tentatives d’amélioration après l’évaluation et malgré les progrès accomplis. Les collègues sont démotivés. On est de surcroît aux antipodes d’une gestion des personnels qui se veut pourtant humaine et positive, qui prétend aider les collègues en difficulté, les éclairer sur leurs erreurs et leur permettre de s’améliorer en mobilisant d’importants moyens de soutien et de formation continue.

Le SNALC exige que cette clause absurde et injuste soit abolie et que les avis des évaluateurs et l’appréciation du recteur puissent être modifiés chaque année.

En effet, pour le SNALC, c’est le mérite et la qualité professionnelle qui doivent être essentiellement pris en compte et valorisés. Or, le barème actuel de la hors classe fait une part trop large au degré d’ancienneté dans la plage d’appel. La conséquence en est que beaucoup d’agrégés par liste d’aptitude se trouvent en grand nombre en tête de classement et en capacité d’être promus. Le SNALC défend la qualité de l’agrégation quelles qu’en soient les modalités d’accès. Les interventions de nos élus en CAPA puis en CAPN ont suffisamment montré combien nos élus sont attachés à ce que l’agrégation par liste d’aptitude soit attribuée à des dossiers et des candidats de très grande qualité. Il n’est pas acceptable cependant que les agrégés par concours subissent du fait du barème actuel de la hors classe une forme de déclassement, douloureusement ressentie. C’est pourquoi le SNALC demande que ce barème soit revu et que la part de la valeur professionnelle soit augmentée.

Pour les commissaires paritaires agrégés du SNALC,
Frédéric SEITZ, responsable national des agrégés
gesper@snalc.fr
POUR CONNAITRE VOTRE RESULTAT : gesper@snalc.fr

Navigation

Agenda

<<

2018

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 19 novembre 2018

Publication

914 Articles
Aucun album photo
5 Brèves
5 Sites Web

Visites

36 aujourd’hui
165 hier
145475 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés