Hausse des rémunérations : des miettes pour quelques colibris seulement

mardi 29 octobre 2019
par  Sébastien LECOURTIER

Hausse des rémunérations :

des miettes pour quelques colibris seulement !


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1433 - octobre 2019
Par Laurent Bouvier, vice-président du SNALC Reims
Lors de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Michel Blanquer s’est efforcé de rétablir un climat apaisé avec les professeurs, ceux-là même qu’il n’avait pas hésité quelques semaines plus tôt à vilipender et à jeter en pâture à l’opinion publique. Pour ce faire, il a utilisé toutes les ficelles de la communication, avec notamment une nouvelle appellation empruntée au monde animal. Le mammouth, jugé trop menaçant et archaïque, a ainsi été remplacé par les colibris.

Parce que c’est mignon, un colibri, c’est petit, ça ne fait pas peur et ça plait aux enfants. Accessoirement, comme c’est petit, ça peut facilement se mettre en cage (une référence subliminale à peine cachée à l’article 1er de la loi sur l’école de la confiance). Et surtout, comme c’est petit, ça se nourrit de pas grand-chose. Quelques miettes et le voilà rassasié ! Un changement de dénomination bien opportun pour annoncer une augmentation de la rémunération des professeurs de 300 euros.

Entendons nous bien, il ne s’agit pas de 300 euros net par mois parce que les colibris ne survivraient pas à un tel gavage. C’est 300 euros bruts par an ! Et encore, cette somme, qui correspond à la hausse indiciaire prévue par le PPCR, n’est qu’une moyenne qui cache bien des disparités dans lesquelles les pauvres petits colibris ont du mal à se retrouver. Alors, pour les aider à savoir s’ils bénéficieront des miettes offertes et à combien elles s’élèveront, voilà un récapitulatif des changements qui interviendront sur les feuilles de paie au 1er janvier 2020…

(NB : Toutes les sommes en € sont en net)

Pas de quoi voir les colibris s’étouffer ! Et encore, pour ceux dont le plumage resplendit un peu plus parce qu’ils sont agrégés hors classe, la situation est bien pire. Tous perdront quelques graines, à l’exception de ceux au 2e échelon qui gagneront royalement moins de 5 euros par mois.
Certains avaient naïvement cru, lors de l’annonce de rentrée savamment montée en épingle par les médias, pouvoir changer de régime alimentaire. Il n’en sera rien, hélas…

contact : info@snalc.fr

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 5 avril 2020

Publication

1374 Articles
Aucun album photo
6 Brèves
6 Sites Web
1958 Auteurs

Visites

41 aujourd’hui
83 hier
197329 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés