E3C : UNE PIÉCETTE, MONSEIGNEUR ?

jeudi 30 janvier 2020
par  Sébastien LECOURTIER

E3C : UNE PIÉCETTE, MONSEIGNEUR ?



Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1437
Par Sébastien VIEILLE,
secrétaire national chargé de la pédagogie,
Le 28 janvier 2020



© iStock - Achiartistul

Le 20 janvier, les organisations syndicales représentatives étaient concertées sur la rémunération de la correction des copies des Epreuves communes de contrôle continu. Le moins que le SNALC puisse dire est que le compte n’y est pas.
Jusqu’à présent, une copie de baccalauréat rapportait à son correcteur la somme de 5 €. Certes, les copies de l’examen final étaient plus longues que celles attendues lors des épreuves de contrôle continu. Mais jusqu’à présent, les corrections des épreuves du premier diplôme du supérieur avaient lieu sur une période que l’on peut qualifier de plus légère en termes de cours, de corrections et de préparation.

Désormais, il faudra corriger – sur un écran – alors que l’on a cours, que l’on prépare des cours et que l’on a d’autres copies à corriger. Heureusement, le ministère a prévu une indemnité ; une indemnité d’environ 1 € net par copie ; une indemnité exceptionnelle pour l’année scolaire 2019-2020.

Vous avez bien compris ! Le ministère ambitionne de changer le décret des rémunérations de la correction des copies du baccalauréat en précisant simplement qu’il s’agit de payer pour les copies des épreuves terminales. Les autres corrections – E3C ou spécialité abandonnée – ne donneront plus lieu à la moindre rémunération. Une indemnité exceptionnelle, juste pour cette année, est prévue. Sans doute parce que c’est l’année de la mise en place. Peut-être pour faire avaler une couleuvre un peu trop bien nourrie.

Evidemment, toutes les organisations représentatives ont été vent debout contre ce que le SNALC ne peut que considérer comme un terrible manque de considération pour notre métier. Les plus pédagogistes rappelèrent leur attachement au caractère formatif des E3C – évidemment, faisons du formatif quand les copies sont disponibles sur l’espace numérique des élèves deux mois après l’épreuve et demandons aux collègues de bien annoter les copies dont la correction n’est pas assez chronophage – mais demandèrent que la tâche soit rémunérée comme une copie de baccalauréat doit l’être.

Le SNALC réclame toujours que les E3C soient rémunérés 5€ par copie (car 50€ par section ne veut rien dire et est presqu’insultant). En outre, nous rappelons que personne n’est obligé de posséder un ordinateur et que ce type de correction chronophage n’apporte ni à l’élève ni à l’institution.


contact :
info@snalc.fr

Navigation

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 17 juillet 2020

Publication

1522 Articles
Aucun album photo
7 Brèves
3 Sites Web
2040 Auteurs

Visites

44 aujourd’hui
37 hier
206068 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés