LA CLASSE D’ANGLAIS EN DISTANCIEL OU L’IMPORTANCE D’ÊTRE CONSTANT !

lundi 15 juin 2020
par  Sébastien LECOURTIER

LA CLASSE D’ANGLAIS EN DISTANCIEL OU L’IMPORTANCE D’ÊTRE CONSTANT !

Par Sylvie Chiariglione
pedagogie@snalc.fr
Le 14 juin 2020


Tout comme bon nombre d’enseignants, je me suis le 17 mars dernier résolue à créer ma classe en ligne. Rien ne fonctionnait correctement alors. En langues vivantes, comme dans toutes les disciplines, nous sommes partis dans toutes les directions, allant de plateforme en plateforme, cherchant la bonne connexion, le son en continu, l’image assurée pour voir la tête de nos élèves et retrouver en somme un semblant de classe à l’écran, notre « confort », nos « habitudes ». Certains outils répondent aux précédents attendus mais ils appartiennent à des intérêts privés et sont vivement déconseillés par l’Institution pour des questions de protection des données personnelles.

Je me suis inscrite à la classe virtuelle du CNED qui présente de beaux avantages mais qui requiert une connexion via les explorateurs Chrome ou Mozilla afin de garantir une bonne liaison, la même ergonomie pour tous les participants… mais mes élèves devaient éteindre leurs caméras pour ne pas alourdir la session.

Dès lors, inutile de dire que la classe d’anglais en distanciel n’a plus eu « d’anglais » et de « classe » que le nom par rapport à ce que j’avais connu jusqu’alors : …..je suis ce jour-là devenue aveugle !!

Je tiens à rendre hommage aux collègues qui le sont malheureusement pour de vrai car ils doivent sans doute apprendre à gérer en ce cas bien des inattendus, allant du quiproquo au cas de conscience pédagogique face à des activités qui ne peuvent se faire, tout en passant par la mauvaise blague, voire la blague mauvaise.

Je n’ai pas tout vécu cela dit mais d’autres que moi l’ont fait ….

Désormais non-voyante, je me suis dit d’emblée que je devais me montrer authentique, dire quand ça n’allait pas – chose que je ne fais presque jamais en classe par soucis de maitrise du cours bien sûr - de même que je n’ai eu de cesse toutes les 5 mn d’inviter mes élèves à signaler tout problème de leur côté, à m’inquiéter de leur compréhension. On cherche le contact, le silence perturbe, le noir encore plus… fatal !!

Mais je suis prof de langue, censée faire mon cours en anglais, ne pas traduire, faire circuler la parole, veiller aux actes de médiation et de remédiation, m’effacer tout en générant des interactions, utiliser le langage corporel propre à toute communication, travailler la prononciation et de fait la répétition, provoquer des moments de récapitulation, inviter au volontariat dans l’action, jouer de mes déplacements pour susciter des émotions et donc de la compréhension… Je vous le fais très court : pas de visuel, pas de présentiel, un éloignement physique entre acteurs de la classe et toutes ces activités pourtant inscrites dans mes Instructions Officielles ne peuvent s’envisager… alors, cas de conscience !!

Qui plus est, je suis prof en lycée, supposée honorer des attendus de programmes denses, l’utilisation de supports ambitieux, divers et variés. Je concède au numérique ce talent de tout pouvoir, sur le principe, rendre possible pour m’aider en ce sens. Mais si la machine est programmée, l’humain, lui, ne l’est pas… Forcée de m’auto-former sur le tas à la lecture des lettres Edu-Num LV, je me suis estimée heureuse d’en avoir le temps - sans contraintes familiales - la santé visuelle et la motivation en cette période anxiogène !!
Comment ne pas éviter l’échec partiel au réveil, cela dit... ?

Les bonjours échangés, nous constatons tous l’absence de certains élèves, les déconnectés du web ou de la vie normale…Triste ! Mes questions en anglais sont souvent laissées sans réponse là où les rituels de classe étaient pourtant acquis. Je tâche d’expliquer, les connexions sont incertaines, de guerre lasse je reprends en français car l’heure avance. Je deviens magistrale – autre écueil inévitable bien qu’obsolète ! Qui sont ces enfants derrière l’écran ? Sont-ils les mêmes que d’habitude, sont-ce mes élèves ? Il y a bien cette voix que je ne reconnais plus, ce comportement à coup sûr qui a changé, ce manque d’émulation, cette consternation que je ressens, ce sms que je reçois : « Madame, je vous entends mais vous ne m’entendez pas. » C’est effrayant ! C’est dramatique !

Puis, il y a ce récit sur cet usurpateur d’identité qui insulte gratuitement et menace de viol une collègue amie sur sa classe CNED (pourtant !), jetant encore plus d’incertitudes et de craintes sur ce qui nous arrive !

Je crois que « j’ai compris pour la première fois de ma vie l’importance d’être constant ! » -Oscar Wilde-

Il est essentiel de garantir à l’Ecole sa présence, dès que les conditions le permettront, Monsieur Blanquer….


Agenda

<<

2020

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 17 juillet 2020

Publication

1522 Articles
Aucun album photo
7 Brèves
3 Sites Web
2041 Auteurs

Visites

2 aujourd’hui
7 hier
206144 depuis le début
Aucun visiteur actuellement connecté